Motion de l'AG du 28/01/2020


Les membres du groupe d’études et de recherche interdisciplinaire en information et communication (EA 4073 - GERiiCO), rassemblés en assemblée générale extraordinaire le mardi 28 janvier 2020, ont exprimé leur vive opposition quant au projet de réforme des retraites et au projet de la loi de programmation pluriannuelle de la recherche (LPPR) qui comptent bouleverser en profondeur et détériorer nos statuts et métiers.
Catégorie : Informations

 

 
Les membres de GERiiCO dénoncent :
- le caractère profondément inégalitaire de la LPPR qui vise à mettre les enseignant.e.s chercheur.euse.s (EC) en concurrence et à valoriser celles et ceux qui rempliront des critères quantitatifs d’évaluation de la recherche (nombre de publications, de doctorant.e.s), au détriment 1) de la qualité de la production scientifique et 2) des EC investi.e.s dans la pédagogie et/ou qui ont des responsabilités administratives - dont la lourdeur ne cesse de s’intensifier ces dernières années. Cette loi se fera particulièrement au détriment des femmes, attendu que la division genrée du travail universitaire associe bien souvent celles-ci aux tâches pédagogiques.
- l’institutionnalisation encore plus forte de la précarité dans l’enseignement supérieur et la recherche (ESR) par la normalisation des contrats à durée déterminée de recherche (« CDI de projet » ou de « chantier »), tenure track, etc.). Cette paupérisation est à articuler avec le projet de réforme des retraites dans la mesure où l’entrée dans la carrière d’EC est généralement tardive et fait souvent suite à des périodes de chômage et/ou de contrats à temps partiel. Les EC feront donc partie des grand.e.s perdant.e.s de ce projet de réforme.
- La perte de l’autonomie, de l’indépendance et de la liberté des EC dès l’instant où les recherches seront déterminées et régulées à la fois par le marché privé et les pouvoirs publics, que ce soit par la généralisation du financement par projet et/ou par l’injonction faite aux EC de répondre aux « enjeux sociétaux » fixés par le gouvernement en place.
Les membres de GERiiCO affirment leur attachement profond à une recherche publique :
- de service public, c’est-à-dire émancipatrice, non privatisable et accessible à tou.te.s les citoyen.ne.s,
- indépendante, critique, libre et autonome de tout pouvoir et, ce pour garantir le fonctionnement démocratique de nos sociétés,
- qui se donne réellement les moyens d’exister par l’embauche de nouveaux collègues enseignant.e.s-chercheur.euse.s, chercheur.euse.s, personnels administratifs et techniques, leur titularisation et l’augmentation de leur salaire,
- qui combat la paupérisation des travailleur.euse.s de l’ESR, notamment les vacataires, les contractuel.le.s d’enseignement ou administratifs, les doctorant.e.s (financé.e.s ou non) et docteur.e.s sans poste,
- qui respecte le temps long de la recherche.