Conférence axe 3


Madame Servanne Monjour fera une conférence ce jeudi 21 mars 2019, de 16h à 18h, à LILLIAD (Cité Scientifique) en salle C.

Catégorie : Actualités du Laboratoire

Séminaire Axe 3

Innovation par l'usage et dispositifs numériques

 

 

CONFERENCE SERVANNE MONJOUR*

« La littérature numérique n'existe pas »


Jeudi 21 mars 2019

de 16h00 à 18h00, salle C (LILLIAD)

Université de Lille, campus Cité Scientifique



Cette séance sera animée par Matteo Treleani.

 

Présentation de la conférence :

 

Alors qu'une large part de la littérature contemporaine est aujourd'hui produite et diffusée via le web, quelles doivent être les compétences de l’écrivain « numérique » ? En quoi ses qualifications strictement informatiques participent-elles de son autorité ? Dans cette conférence, nous interrogerons la relation entre littératie et littérarité numériques. Notre hypothèse est que l’importance accordée à la dimension technique des œuvres numériques répond d’abord à un besoin de légitimation, et non à des critères de littérarité. Là où l’éditeur assumait autrefois un rôle de garant, ce sont aujourd’hui les compétences numériques de l’écrivain qui assurent la qualité littéraire d’une œuvre — au risque de la survaloriser ou au contraire de la sous-estimer. Ces compétences numériques sont en effet notamment évaluées en fonction des connotations symboliques associées à l’usage de certains outils et plateformes. Ces connotations deviennent d’autant plus importantes à l’heure où les GAFAM semblent imposer un nouveau monopole éditorial, fondé sur des outils et des plateformes ne requérant que des compétences informatiques minimales. Massivement investis par les écrivains, ces nouveaux dispositifs éditoriaux (CMS, réseaux sociaux) permettent l’émergence d’une génération qui est loin de partager la même littératie numérique que celle qui l’a précédée : aurions-nous alors affaire à une génération d’écrivains « analphabètes » ? On démontrera plutôt l’existence d’un déplacement du sens même de nos « compétences numériques », qui désormais ne se fondent plus seulement sur un savoir technique, mais aussi sur une culture numérique.

 

 

* Titulaire d’un doctorat en littérature comparée (Université de Montréal) et littérature française (Université Rennes 2), Servanne Monjour est postdoctorante au Department of Languages, Literatures and Cultures de l’Université McGill (Montréal) où elle travaille au côté de Stéfan Sinclair. Ses travaux portent sur les mutations médiatiques à l’époque du numérique. Elle a publié en 2018 l’ouvrage Mythologies postphotographiques : l’invention littéraire de l’image numérique, aux Presses de l’Université de Montréal.